Istanbul

Publié le 15/04/2020 par Chef de Rubrique Geneviève Guihard
Je suis complètement maboule d’Istanbul

Attachante, authentique  et turbulente capitale historique

Peuplée de 17 millions d’âmes dans un pays de 777 000 km2, campée entre deux continents, Asie et  Europe, baignée par la lumière éternelle du Bosphore, Istanbul n’a pas son égale dans le monde.
Son look, sa culture,  ses monuments, sa joie de vivre  étonnent.  Exit … monotonie et tristesse !
Gorgée de paradoxes et de contrastes,  Istanbul est une destination de tourisme d’affaires  privilégiée.      Des strates de civilisations millénaires  l’ont forgée.  Cela lui donne une force et une  allure conquérante. Elle booste l’énergie et donne le  tonus pour entreprendre

La langue reste cependant une barrière. Cette langue agglutinante dont les sonorités apparentées au Hongrois, au  Finlandais sont  difficiles à  capter. Mais aujourd’hui  de nombreux Stanbuliotes maîtrisent  Français et Anglais.  Leur hospitalité généreuse exprime  la joie à aider les visiteurs égarés à tracer leur chemin.

La ville d’origine  de la tulipe, fleur envoyée au  17ème siècle en Hollande  qui a su la faire fructifier, est une  intéressante destination en tourisme d’affaires.  Et l’on peut aisément   prolonger son séjour, à titre personnel,  sous forme d’évasion…  un   City Break par exemple.
Culture,  Good food et  Fun : l’ennui ne sera pas du voyage.

La compagnie nationale  Turkish Airlines déploie généreusement ses ailes sur Istanbul  et propose des fréquences de vols, une qualité de  service  et des prix confortables.

Le must ? Son exceptionnelle Business Class.  Inoubliables espaces de confort,  gentillesse du service et qualité gastronomique avec un Chef à bord.  La Compagnie a d’ailleurs été plusieurs fois primée  pour l’excellence de sa restauration à bord.
Destination autrefois prisée par les Français,  aujourd’hui un tantinet boudée,  l’ex-Constantinople n’a pourtant rien à envier aux capitales européennes. Ses  atouts, son charme,  sa singularité font de cette destination  un marché prometteur en tourisme d’affaires.

Petite Balade  inspirée…

Istanbul. Une Funky Town
Cosmopolite,  bruissante,  fiévreuse

Avant de partir,  relire Fantôme d’Orient ou Aziyadé  de Pierre Loti,    écrivain,  officier de marine,  aventurier, et turcophile convaincu. Il y a  séjourné comme attaché militaire au  19ème siècle.    Pierre Loti a su montrer son attachement à cette ville, Ses descriptions du Bosphore, ses deux rives asiatique et européenne, sa double culture orientale et occidentale.  La richesse spirituelle de ses deux traditions.   La Corne d’Or et ses caïques. Tout cela  l’inspire et nous inspire. Le Café Pierre Loti dans le quartier tranquille d’Eyüp  invite le chaland à  le retrouver pour boire un  Raki ou un café turc
Le lycée Français porte toujours  son nom.

Les 38 quartiers de la mégapole stambuliote,  tous différents,   populaires ou  chics,  fonctionnent comme des  villages avec chacun une singularité.
Dans le quartier de Galatasaray, on apprécie d’arpenter la turbulente rue piétonne Istiklal,  ancienne rue Pera.  Son tramway ancestral folklorique est à emprunter même s’il est plein à craquer.
En contrebas de cette rue bouillonnante, se tient la  Place Taksim. Place  peu glamour, elle  mériterait d’être « revampée».   Mais ce lieu est tellement mythique et  emblématique des rassemblements divers ! Un petit air de  cousinage  avec la place de la République à Paris.
Le soir  dans ces quartiers remuants et animés, le fun prend le relais  de l’activité économique du jour. Place aux brouhahas branchés.
Un Istanbul cocasse  ?  De nombreux chats et chiens errants,  vaccinés, bien nourris et respectés,  sont citoyens de la ville et vous accompagnent dans vos déambulations.
Une ville pleine de contrastes.  Elle peut être tranquille,  apaisante,  élégante aussi,  car certains quartiers sont des havres de paix.

Une destination « premium » pour le  tourisme d’affaires
Nombreux Centres de Congrès, très bien situés . Certains  sont établis dans de grands établissements hôteliers  avec piscines.
Grandes salles de réunion au Centre de Congrès Halic sur la Corne d’Or,   et au  Centre de Congrès  Lufti Kirdar  proche de la Place Taksim.   Ce dernier a l’avantage d’être voisin de l’Hôtel  Hilton Istanbul Bosphorus 5 étoiles,  avec  piscine extérieure. Le Grand Cevahir Hôtel 5 étoiles,  légèrement en périphérie du centre ,  à  5 km de la Place Taksim offre également de grandes salles de séminaires et même une salle de spectacles.

Aujourd’hui Istanbul, ville moderne et accueillante,  est  correctement desservie en métro,  tram, et bus  mais ils sont souvent bondés. Le taxi est encore à  privilégier.
Liaisons aisées entre les deux continents Europe/Asie par d’élégants ponts suspendus.

Lors d’un Break,  ou d’un City Break,  ne  pas faire l’impasse sur…

…Des pépites  patrimoniales incontournables

Istanbul raconte une longue histoire
Des siècles de civilisation l’ont  édifiée
Parmi les 36 sultans du règne ottoman, Soliman le Magnifique est celui qui a   profondément marqué de son emprunte la Sublime Porte. Il  a régné  46 ans. Le  règne le plus long.  Il a fait de sa capitale un brillant foyer artistique.
Il faut flâner à  pied  dans toute la Corne d’Or,  autrefois polluée. Elle  va être transformée en un immense lieu de culture, un inédit  espace culturel.  Ambition de la ville plébiscitée par la population.
Capitale européenne de la culture en  2010,  Istanbul est dépaysante.
Aller se perdre au Grand Bazar ! Il date du  15ème siècle.  4200 boutiques, petits ateliers de confection joaillière,  de cuir,  tapis. D’excellents artisans montrent leur savoir-faire de créateurs et confectionnent  à votre demande l’objet du désir. On y trouve de superbes  pipes en écume de mer, de curieuses  boites en os de chameau, de somptueux  bijoux arméniens et une grande profusion  d’épices. C’est là qu’il faut acheter le safran,  « l’épice de la joie »,  de la meilleure qualité  possible. Également les fruits secs,  les noix,  les iconiques loukoums…et tous ces Turkish Delights dont un thé parfumé baptisé « Aphrodisiac for the Sultan ».
On peut s’y perdre.  Certains  lieux de rendez-vous  fonctionnent comme de véritables repères :   la Porte 7, la  fontaine en marbre, le Grand Café.

Les Citernes  souterraines dont la Citerne Basilique et la Citerne 4. Elles étaient  gardées secrètes aux 5ème et 6ème siècles car la ville manquait d’eau douce. Il fallait qu’elles soient souterraines en cas d’attaque.  Les poissons arrivant jusqu’ici dans leurs entrailles on pouvait utiliser l’eau sans danger.  La Citerne Basilique est en travaux.  La Citerne 4  est aussi spectaculaire avec ses  32 différentes colonnes de marbre de 8 mètres de hauteur. Elle alimentait une quarantaine de fontaines.  Expositions  d’œuvres d’art contemporain dans l’eau   des bassins.

La ville aux 3000 mosquées et minarets impressionne.
La Mosquée Bleue et ses  faïences  bleues  (en travaux), Sainte-Sophie construite par l’Empereur Justinien au 6ème siècle a servi d’église pendant 916 ans.  La conquête d’Istanbul par le Sultan Mehmet en  1453, l’a convertie  en mosquée.  Enrichie d’élégants  décors islamiques,  de fontaines d’ablution, elle est  ouverte aux visiteurs depuis  1935.  Sa lourde coupole aux  12 couleurs différentes de marbre  de Marmara reste une prouesse architecturale.

Sainte-Sophie  est un véritable musée des mosaïques byzantines.  relativement bien conservées. Elles avaient été badigeonnées  d’un enduit mural  par les Turcs lors de la reconquête. Au cours des siècles, l’humidité et les tremblements de terre ont cependant fait chuter les mosaïques de la galerie supérieure.
Jésus dans sa mandorle entourée de Marie  et Saint-Jean,  mosaïque des  11ème et  13ème siècles, est   la mieux conservée et la plus admirée.
Le Musée Archéologique vient d’ouvrir en septembre dernier. Il vaut la visite.
On admire le sarcophage « dit » d’Alexandre le Grand découvert  au Liban. Marbre sculpté en relief par de talentueux  artistes,  il relate un combat entre Grecs et Perses.
Le musée est riche de 45 000 tablettes en terre cuite en écriture cunéiforme.  Le Traité de Paix de Kadesh mettant fin à la guerre de Kadesh entre le Égyptiens et les Hittites, est une perle rare.
Prestigieux Palais Topkapi, résidence des Sultans pendant 400 ans.  La salle des Trésors présente le fameux poignard en émeraudes qui a attiré tant de convoitises.  Bibliothèque   imposantes cuisines,  salle des circoncisions, salle des ambassadeurs… tout est faste et  gloire.

Croisière enchanteresse sur le Bosphore
Un séjour d’affaires, un congrès,  un séminaire,  un workshop ne  peuvent se clôturer sans  réunir les  participants  pour une  croisière sur le majestueux Bosphore.
C’est un  rituel  indémodable.

Un bateau tout confort pour 2 heures de balade est une confortable durée.  Il y a tant à voir le long de ce détroit naturel de 36 km.  Ses  ponts suspendus, ses magnifiques «  Yalis »,  demeures historiques aux façades en bois dont il reste encore quelques  maisons historiques ayant résisté aux tremblements de terre.

Nombreux  palais abritant écoles d’art et universités. Étonnante  forteresse du sultan Mehmet . On  longe les Îles des Princes byzantins où paraît-il  les voitures sont encore  bannies.
La  ville vue du Bosphore  fait rêver et  invite à s’y  prélasser.

Quitter le navire en fin d’après midi pour profiter du coucher du soleil sur la Corne d’Or, jeter  un clin d’œil à l’ancienne gare de l’Orient Express,  déguster  une boisson chaude et revigorante,  le « Salep »,  à base de lait, de tubercules d’orchidées moulus et de cannelle.  De nombreux vendeurs de rue avec chariot et gobelets se feront une joie de vous le faire découvrir.
Traîner le soir… lorsque Istanbul s’encanaille. De bodega en restaurant   dans le quartier de Beyoglu,   l’un des quartiers les plus animés de la ville,  de jour  comme de nuits.  Restaurants,   Cafés,  Night clubs  s’embrasent. Place à l’ambiance  joyeuse et festive
A la  pointe de la Corne d’Or,  la  fière statue d’Atatürk,  le  regard posté vers le futur.  Tout un symbole.

Istanbul,  capitale  gourmande,  bistronomique  et … gastronomique
L’excellence  gastronomique est en marche.
Une culture gastronomique  sans simagrées,  pas chichiteuse s’affiche dans les nombreux restaurants.
Cuisine  opulente,  orientale,  généreuse.  C’est  déjà la signature connue de la ville.    Mais aujourd’hui  une  cuisine créative différente prend place  et  les savoir-faire  de jeunes Chefs  révèlent leurs talents. Ils  réinterprètent une cuisine élaborée  à partir de recettes  et ingrédients traditionnels du pays.  Ces Chefs proposent un voyage sensoriel nouveau avec leurs produits typiques de saison,  de proximité, d’une grande fraîcheur.
La capitale historique de la Turquie joue cette carte gastronomique avec un certain  dynamisme et elle a bien raison.  L’objectif prioritaire du gouvernement  est aujourd’hui la promotion de la gastronomie turque  et ses saveurs bien nées.  Le gouvernement a  investi sur cette thématique enrichissant  l’offre touristique.
Car le pays,  essentiellement agricole,  abonde en nourriture de qualité.  Légumes et fruits surtout.  Les buffets dans les restaurants sont copieux, généreux,  locavore.
Pas des aliments de laboratoires.
Circuit court et  locavorisme   sont ici des ingrédients    naturels,  sans en faire l’objet d’un culte.
La Turquie 1er pays exportateur mondial de noisettes  est aussi premium pour  les abricots,  raisins,  amandes, noix.

Attablez-vous aux…
« Hamdi Restaurant » sur  le roof du Radisson Blue Hôtel, quartier de Pera.  Un vrai et authentique kebab vous sera servi précédé toujours de caviar d’aubergine, d’une salade mixte,  concombre, oignon, tomate, poivron.  On y goûtera  le typique Haydari (salade de yaourt)  qui se marie si bien avec sa spécialité le Kebab.
Au  « Deraliye Restaurant » on savoure  une cuisine ottomane de palace.  Le poulet mariné assaisonné  à la cannelle sur un lit d’aubergine fumée,  est un grand moment de bonheur.
Au dessert,  laissez-vous tomber dans les bras du  Baklava,  une véritable gourmandise gorgée de miel du pays.

D’autres adresses épicuriennes ? Oui.  Les restaurants  de poissons,   « balik »  en Turc.   Ils  sont  d’une fraîcheur explosive et peuvent  éblouir une tablée d’éminences.  Allez les yeux fermés au   « Atlas Balik » au bord de l’eau dans le quartier de Arnavutköy,  Dorade grillée et  calamars frits épatent.  Au  « Kuruçesme Restaurant » la perche marinée et la brochette de perche n’auront plus de secrets pour vous.

Du vin ?  Jamais en vain.
Les crus de Cappadoce commencent à acquérir leur lettre de noblesse Le village d’ürgüp  en  altitude,   offre des vignes perchées ou d’immenses  coteaux sont favorables à  la culture de la vigne.
Ils donnent des vins pimpants, aux  tannins légers,  fruités. Pas des cuvées à grand spectacle.
Ces vins  accompagnent volontiers  tout un repas.
Car la Turquie,  région  de Cappadoce,  est  grand producteur mondial de raisins de table.  Encouragés par Atatürk,  certains producteurs ont misé sur la vigne et le vin.   Les blancs  comme le Okutzgozu et le Bogazkere au  fruité délicieux, le Kalecik Karasi en rouge  ou l’Emir en blanc,  sont  certes sans grade mais très goûteux.
Ces vignerons  donnent du futur aux vins  de Cappadoce.  Petit à petit le chemin vers  un futur élysée viticole  se trace…
On est dans un pays où les vignerons savent encore scruter le ciel pour comprendre leur terre et enrichir leurs observations.
Le Raki mérite à lui tout seul un hommage. Ce digestif,  carrément orgiaque, également  apéritif, à base d’anis confectionné soigneusement en Cappadoce peut aussi se consommer  tout au long du repas. La Turquie est grand producteur d’anis en Anatolie, Bodrum   et  Izmir.

Où séjourner en tourisme d’affaires
La capacité hôtelière stambuliote  s’étoffe en  lits dédiés au tourisme d’affaires.   Les hôtels standing  4  et  5  étoiles se développent   dans les quartiers périphériques,  tout en restant   proches du centre.
Les Hôtels chics et class comme le Four Seasons,  le Sheraton City Center, le Marriott offrent un immense confort et   services haut de gamme habituels.
Les Hôtels historiques sont  prisés des connaisseurs et amateurs de légendes.
Par exemple, l‘Hôtel Pera proche de la Place Taksim  dans la Corne d’Or. Agatha Christie  y a écrit Le crime de l’Orient Express.  La chambre qu’elle a occupée se visite. L’iconique ascenseur « elevator » est toujours à sa place. En bois et fer ouvragé,    il date de  1892,  trois années après  l’élévation de la Tour Eiffel. Un petit chef d’œuvre d’art et de technologie. On  ne l’emprunte pas.  On lui fait un  clin d’œil de connivence et on  l’admire.
Une bonne alternative ?  L’Hôtel Le Golden Age, moins luxueux, mais  calme,  campé  entre deux rues piétonnes,  proche de la turbulente Place Taksim. Nuitées réparatrices assurées.

Zoom sur l’aéroport ultramoderne d’Istanbul
La Compagnie aérienne  nationale  Turkish  Airlines y a son port d’attache.
Ce nouvel aéroport ultramoderne et pharaonique,   deux fois Roissy, situé  à 40 minutes du centre ville, vient d’être inauguré en  2019.
Magnifique architecture  en palmiers déployés sur tout le hall d’accueil,  œuvre de l’architecte britannique Thomas Andrews.
Boutiques de luxe, Immense et gourmand  Duty Free,  le plus grand du monde.
Digne des Sultans.

Geneviève Guihard
Carnet de voyage
Les visites muséales
www.muze.gov.tr

Les hôtels
Sheraton Hôtel Istanbul City Center 5 étoiles Quartier de Beyoglu
www.sheraton.com/istanbulcitycenter
Une alternative intéressante :
Hôtel Golden Age 4 étoiles Quartier de Taksim
www.goldenagehotel.com

Les restaurants
L’Atlas Balik
www.atlasbalik.com
Le Hamdi Restaurant
www.hamdi.com
Le Deraliye
www.deraliyerestaurant.com

Deux  guides-conférencières,  deux personnes de qualité  à recommander. Parfaitement bilingues Français-Turc
özlem  Kabasakal
ozlemboysal@hotmail.com
Ningün Kural
ningulkural@icloud,com

Les agences de voyage spécialisées :  tourisme  et tourisme d’affaires
A Istanbul : Marvel Tour
www.marveltour.com.tr
A Paris :
www.mondialtourisme.fr
Tel : 01 42 46 83 28
selat.erdogan@mondialtourisme.fr

Cette entrée a été publiée dans News. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.